Ainsi donc il faudrait que je vous résume ma vie, mon oeuvre et ma pensée en quelques lignes, en prétendant que cette hagiographie n'est pas même de moi.  Il conviendrait que je cite Gainsbourg ou Brel pour vous donner une idée de l'ampleur de mon talent, que je convoque Bowie ou Lennon à la rescousse de mes petites tentatives mélodiques et que je vous assène l'irrémédiable marque que l’œuvre de Michel Foucault a pu avoir sur ma vision du monde.

Mais est-ce encore bien raisonnable et en serais-je dupe moi-même ?

Je ne vais donc pas vous servir cette soupe trop pimentée que l'on nomme "Biographie" et qui ne rassemble souvent que les fantasmes que l'artiste projette sur lui-même à défaut d'avoir pu les graver sur un disque.

Je ne suis définitivement pas un chanteur. Mais la musique est toute ma vie et je souhaite pouvoir l'embrasser le plus largement possible. Voilà pourquoi vous ne verrez pas sortir d'album du Larron tous les deux ans comme le veut la coutume et l'indispensable calendrier promotionnel. Je fais de la musique tous les jours, elle constitue mon unique source de revenu depuis plus de 15 ans, mais je suis trop touche-à-tout pour me limiter à un seul et unique projet. Depuis 2014, et la sortie du dernier album j'ai ainsi monté un nouveau studio de production à Bordeaux, travaillé sur un album pour Cocoon, enregistré Lee Fields ou Alune Wade, produit une Symphonie pour l'Eau et la Paix, réalisé diverses musiques pour des documentaires et des séries télévisées et publié quelques ouvrages en Librairie.

Alors évidemment ce n'est pas facile à vendre en 250 signes, cela n'a pas la cohérence ni la simplicité d'un communiqué de presse, mais c'est ma vie, et j'en suis ma foi pas mécontent.

Et si vous voulez en savoir plus, écoutez, regardez ou lisez donc mon travail, c'est encore la meilleure manière de découvrir ce que je ne veux pas montrer...

Des bises

Le Larron.